Kryss Omnec a fait de ses imaginations des films. Depuis tout petit, il s’est créé un monde rempli d’images, de couleurs et de sons.
“J’ai toujours été un grand rêveur, depuis tout petit, j’imaginais des histoires, des situations, voir même de créatures plus au moin bizarre.
Et j’ai toujours voulu partager avec le monde cet univers rempli d’images, des couleurs et des son. Et le cinéma est le langage qu’il me fallait parce qu’il regroupe tous les autres formes d’art”, a-t-il relaté.

Ce pendant, il a commencé à écrire des court-métrages en 2006 après qu’il soit inspiré par l’écriture et la mise en scène de Christopher Nolan. Notons que ce sont ces scénarios qu’il a avec le temps développé, recyclé, rebooté et quelques uns ont formés les idées de bases de projets actuels (série TV et long métrage).

C’est en 2017 qu’il tourne son premier film; #Relic coréalisé avec Sarah Kanzari. Un court-métrage de fiction qui parle d’une jeune fille hantée par son moi intérieur, essaie de découvrir la vraie nature de sa réalité.
Ce fruit de l’imagination a remporté cinq prix d’un même festival 48h Films Projets en Tunis. Et par la suite, il y a deux de ses films réalisés en 2018, dont #Heartbeat qui est nomminé deux fois et
#Letgoofme qui a emporté deux prix successifs.

Ainsi, il confirme son style d’écriture et de réalisation.
“Je pense que mon univers est beaucoup trop éloigné de la réalité c’est pour cela je me sens plus à l’aise dans le fantastique, le surnaturel et la science-fiction et grâce à cela, je travaille plus sur l’image pour transmettre mon message. Beaucoup de gens confondent fiction et mensonge, ils se forcent à copier la réalité croyant transmettre de la vérité. Alors que le cinéma doit aller au delà de ça, le spectateur n’attend pas un remake de son monde mais plutôt une vision de ton univers”, a-t-il assuré.

J. Kadie

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •